Poème 'Je pressens les ombres' de guillaumePrevel

Je pressens les ombres

guillaumePrevel

Comme toi grand-père
je pressens les ombres
Et leurs menaces
les ombres immenses
Et sans limites
qui guettent les faux pas
Et je ressens leur présence
que j’éprouve malgré moi
Comme une compagnie
presque agréable
Tant la promesse
d’un repos bienveillant
Transpire de leurs yeux
menaçants et irréels.

13 Mars 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS