Poème 'Je te donne ces vers…' de Charles BAUDELAIRE dans 'Les Fleurs du Mal'

Je te donne ces vers…

Charles BAUDELAIRE
Recueil : "Les Fleurs du Mal"

Je te donne ces vers afin que si mon nom
Aborde heureusement aux époques lointaines,
Et fait rêver un soir les cervelles humaines,
Vaisseau favorisé par un grand aquilon,

Ta mémoire, pareille aux fables incertaines,
Fatigue le lecteur ainsi qu’un tympanon,
Et par un fraternel et mystique chaînon
Reste comme pendue à mes rimes hautaines ;

Etre maudit à qui, de l’abîme profond
Jusqu’au plus haut du ciel, rien, hors moi, ne répond !
- Ô toi qui, comme une ombre à la trace éphémère,

Foules d’un pied léger et d’un regard serein
Les stupides mortels qui t’ont jugée amère,
Statue aux yeux de jais, grand ange au front d’airain !

Poème préféré des membres

ecnaida a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Quark flou
    --------

    Cet être n’est connu que sous quelques surnoms,
    Lui qui n’est impliqué dans aucun phénomène ;
    Un doctorant m’en a parlé l’autre semaine,
    Nous attendions le bus en buvant un canon.

    Objet conjectural, d’existence incertaine,
    Absent des ateliers qu’au labo nous tenons ;
    De notre beau modèle il n’est pas un chaînon,
    Il le sera peut-être en une ère lointaine.

    En vain pour l’isoler je dissèque un proton,
    C’est un jour de perdu, comme aurait dit Caton ;
    Mais ça m’est bien égal, moi qui suis éphémère.

    Nous sommes des rêveurs, des physiciens sereins,
    La défaite jamais ne nous paraît amère ;
    Nous suivons en cela le Maître, Edgar Morin.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS