Poème 'L’écureuil' de CathyVole

L’écureuil

CathyVole

Comment égaler ton agilité
Petit écureuil, toi qui vis gracile
Au bout des branches sans faire ciller
La moindre feuille? Mes doigts malhabiles
Trébuchent pauvrets sur l’ordinateur
Quand toi furtivement tu files et glisses
Sur l’écorce et la mousse tel un voleur
Affolé par sa propre course. Malice
De tes petites pattes rousses qui s’agrippent
Et dévorent leurs provisions d’automne,
Diablerie de ton oeil jais qui palpite
Et attrape d’un trait mon oeil d’espionne
Tu déposes sur mes lèvre un sourire
Lorsqu’en moi tu réveille l’enfant
Qui jadis en t’imitant faisait rire
Et irradier le coeur de ses parents

Janvier 2018

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS