Poème 'L’espérance' de Jules LAFORGUE dans 'Premiers poèmes'

L’espérance

Jules LAFORGUE
Recueil : "Premiers poèmes"

Belle Philis on désespère.

L’Espoir! toujours l’espoir! Ah! gouffre insatiable,
N’as-tu donc pas assez englouti d’univers ?
Ne soupçonnes-tu pas à quel néant tu sers ?
N’entends-tu pas, sans trêve, en la nuit lamentable,
Les astres te hurler plus nombreux que le sable
Leur désillusion en sinistres concerts ?

Rien n’arrachera donc tes racines profondes,
Vieil arbre de l’Initinct aux vivaces rameaux ?
Gerbe unique du Mal, bégaiement des berceaux
Et râle inassouvi des sphères moribondes,
D’où viens-tu ? toi, sans qui, les cieux au lieu de mondes
Depuis l’Éternité rouleraient des tombeaux!

Tout espère ici-bas. Le phtisique au teint jaune
Que l’art a condamné, qui se traîne à pas lents
Par les sentiers déserts où la mousse frissonne,
De son souffle incertain confie au vent d’automne
Qu’il veut aimer et vivre et revoir le printemps.

Par les soirs pluvieux, la pauvre fille-mère
Qui vient revoir le fleuve, immense fossoyeur
Se roidissant encor, retourne à sa misère
Cramponnée à l’espoir d’un avenir meilleur.

Le gueux cent fois damné quand son heure est venue
Entend un son de cloche apporté par le vent,
Faible et doux, il essuie une larme inconnue
Et se repose en Dieu comme un petit enfant.

C’est vrai, l’histoire même, après tant de calvaires,
Tant de siècles passés au désert à gémir,
Tant de labeurs perdus sans même un souvenir,
Tant d’expiations et de nuits séculaires
Trouve encor des rêveurs éblouis de chimères
Pour lui montrer là-bas l’Éden de l’avenir!

Danser, désespérer; mais depuis que les hommes
Sur ce globe perdu pullulent au soleil,
Du jour où quelqu’un sut ce qu’est le grand sommeil
Et pesa dans sa main la cendre que nous sommes
L’homme désespérant des célestes royaumes
Cria que tout sombrait au néant sans réveil.

Pourtant il va toujours, frêle Œdipe des choses,
Fou d’angoisse devant l’inconnu de son sort,
Et s’il fixe toujours le Sphinx aux lèvres closes
Au lieu de lui crier qu’il ne sait rien des causes
Et d’attendre à ses pieds l’universelle mort

C’est qu’il croit à l’Énigme et qu’il espère encor.
Et Bouddha méditant sous le figuier mystique,
Jésus criant vers Dieu son unique abandon,
Lucrèce désolé, Brutus calme et stoïque,
Caton, Léopardi, Henri Heine, Byron,
Tous les sages de l’Inde et tous ceux du Portique
Crurent-ils en mourant que tout était dit? – Non.

Aujourd’hui qu’affolé d’universelle enquête,
L’homme, sans voir la croix qui lui rend les deux bras,
Fixe ses Dieux muets, leur dit : Vous n’êtes pas!
Et se brisant le cœur, et du ciel, sa conquête,
Balayant cet olympe œuvre éclos en sa tête
Compte les soleils pris dans l’arc de son compas,

Aujourd’hui que d’un monde où souffla trop le Doute
Tout espoir de justice et d’amour est banni,
Que l’Etre se voit seul et qu’au lieu de sa voûte
D’où Dieu veillait sur lui, Père auguste et béni,
Il ne sonde partout, ignorant de sa route
Que les steppes d’azur d’un silence infini,

Aujourd’hui que le dogme absolu, fataliste
Sur ce globe trop vieux marche à pas de géant,
Qu’on songe à tous ces cœurs où plus rien ne subsiste
Qui les retienne encor loin du gouffre béant,
Et qui berçant leur rage aux sanglots du Psalmiste
Vont à travers la vie altérés de néant.

Et dans mille ans d’ici, quel en sera le nombre.
L’homme alors jusqu’au fond de tout aura creusé,
Désertant les cités, sans désir, muet, sombre,
Accroupi dans la cendre et le crâne rasé,
Les mains sur les genoux il contemplera l’ombre
Manger très-lentement le soleil épuisé!

Eh bien! plus tard encor à son Heure suprême
Quand ce même soleil autrefois jeune et beau,
Trouant l’épaisse nuit d’un œil sanglant et blême
En fumant vers les cieux conduira son troupeau

Alors que grelottant, formidable, la Terre
Au lieu des tapis d’or que lui faisaient les blés
Ne montrant tour à tour que steppes désolés
À l’infini, n’étant qu’un [.....] désert polaire
Sentira tout à coup dans la nuit solitaire
Les frissons de la mort secouer ses reins gelés,

Ô toi! qui que tu sois, Frère, Unique Science,
Squelette ou cerveau fou qu’aura choisi le sort
Pour être le Dernier, seul, dans le grand silence,
Pour voir que c’était vrai, qu’il n’est plus d’espérance,
Rien n’ouvrant les cieux, tout continuant encor,
La terre pour jamais va sombrer dans la mort,

Non, tu ne croiras plus aux antiques chimères,
Dans les yeux de Maïa tu n’auras que trop lu
Et résigné d’avance à ses lois nécessaires
Tu marqueras en paix, l’âme ivre d’absolu,
Les derniers battements de ce bloc vermoulu.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto