Poème 'La Charrette' de Théodore de BANVILLE dans 'Sonnailles et Clochettes'

La Charrette

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Sonnailles et Clochettes"

Montrant leur belle collerette
Et leurs appas ensorceleurs,
Sur une hideuse charrette
Brillent les plus charmantes fleurs.

Oui, violettes, roses, jaunes,
D’un jaune clair, délicieux,
Elles sont comme un choeur de faunes
Qui s’épanouit sous les cieux.

Et la charrette fait merveille!
Mais celle qui la traîne, hélas!
Est une abominable vieille,
Courbant l’épaule, comme Atlas.

Elle est couleur de pain d’épice,
Cuite au grand air, et ses yeux bleus
Sont profonds comme un précipice
Ouverts sous un ciel fabuleux.

Elle marche, ivre de courage,
Et ne se met pas en émoi
Pour le soleil ou pour l’orage.
Elle est comme moi, comme moi!

Elle a sa vertu pour cuirasse
Et ne songe pas à s’enfuir.
C’est l’eau du ciel qui la décrasse
Et le vent qui tanne son cuir.

Elle fut belle et même sage.
Mais plus tard, lorsque vint son tour,
Elle a senti sur son visage
La griffe atroce de l’Amour.

Elle a quarante ans de services.
Jadis mignonne, elle a tété
La mamelle de tous les Vices
Et veut voir encor cet été.

Cette femme parisienne
Qui fut assise au grand festin,
Parcourt la ville qui fut sienne,
Et sait tout, comme le Destin.

Lorsque vient la fin du poëme,
Il faut se faire une raison.
Jadis elle était, elle-même,
Comme un printemps en floraison.

Étrange comme la Joconde,
Elle mangeait des ortolans,
Et sur elle portait Golconde.
Elle régnait par ses talents.

Supplice et délice des âmes,
Sur son cou neigeux ruissela
Un fleuve d’astres et de flammes.
Le temps a changé tout cela.

Celle qui fut la soeur d’Hélène
Se réchauffe sous un tricot,
Met à ses pieds des bas de laine
Et se nourrit d’un vil fricot.

Et moi, rimeur à l’âme altière,
A présent, mon sort est pareil
A celui de la bouquetière
Qui vend des fleurs et du soleil.

J’ai subi les fureurs, la haine,
La gaîté des merles siffleurs
Et d’autres ennuis. Mais je traîne
Aussi ma charrette de fleurs!

29 avril 1890.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto