Poème 'La diva' de Claudel

La diva

Claudel

Par son divin charisme, elle éclaire la scène
Et sa voix lyrique, d’une douceur florale,
Soulève son public dans une quête astrale ;
Elle est une diva ; la diva mozartienne.

De sa passion du chant, devenu son asile,
Émerge une plaie vive où l’amour coule encor ;
L’amant infidèle, son maestro, son ténor
Fit d’elle un fantôme d’un opéra futile.

Chanter ! Chanter ! Elle chante pour oublier ;
Aimer ! Aimer ! C’est son requiem, son fardier.
Sa détresse la suit à mille lieues du globe.

La musique lui donne une trêve, une paix ;
Mozart est son nouvel amour, son amant, mais
Une flamme passée revient dans son cœur probe.

Tous droits réservés © Claude Lachapelle / août 2018

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS