Poème 'La forêt incendiée' de guillaumePrevel

La forêt incendiée

guillaumePrevel

Le jour fragile se lève,
Sur des débris calcinés.
Ça et là apparaissent des corps brûlés,
Dont la cendre se soulève,

Sous l’effet d’un vent trop fort.
Des troncs d’arbres brunis,
Pointent vers le ciel, leurs cimes noircies,
Comme les croix marquent le lit des morts

Dans les cimetières mornes des villes.
Le silence des oiseaux marque l’absence
De la vie en ce lieu de souffrances.

Le gris poussiéreux des cendres
A remplacé pour longtemps le vert tendre
Des arbres dans la forêt incendiée.

18 Avril 2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS