Poème 'La harpe' de guillaumePrevel

La harpe

guillaumePrevel

Fais frissonner de tes doigts blancs la harpe
Belle inconnue, pour que ta musique, en douce brise
S’élève de ton instrument divin qui calme la crise
Où mon coeur gelé par la glace reste étranglé d’une funèbre écharpe.

Tout autour de nous, tout est misère, tout est sanglot,
La mort est partout compagne de souffrance
Et mes rêves déçus n’attendent que la délivrance,
Comme un navire d’espoir qu’on remettrait sur de plus calmes flots.

Eloigne de ta harpe, la voix triste du cerf qui brame,
Joue pour moi dans la lumière cristalline de ce calme matin,
Une musique douce aux rythmes câlins,
Pour que s’éloignent de mon esprit les sinistres drames.

Et pour finir embrasse mes lèvres brûlantes de désir pour toi.

18 octobre 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS