Poème 'La Lune' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

La Lune

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

Chansons sur des airs connus

La Lune
Air: Au clair de la lune

Au clair de la lune
Brillent follement
Ta prunelle brune
Et ton sein charmant.
Pâle Cidalise,
Ton front sans rival
Éclaire Venise
Et son carnaval.

Cachant sous ton masque
Un sourire amer,
Tu t’en vas, fantasque,
Sur la vaste mer.
Et frottant son aile
A ton casaquin,
Voilà Pulcinelle
Avec Arlequin!

Voilà Scaramouche
Et don Spavento,
Et Scapin farouche
Dans son vert manteau;
Et, comme Tityre
Près d’Amaryllis,
Pierrot qui s’étire,
Mince comme un lys.

Zerbin, dans sa fièvre,
Après Mezzetin,
Baise à pleine lèvre
Tes bras de satin.
Verse-leur l’ivresse!
O toi qui me plus,
Folle charmeresse,
Je ne t’aime plus.

Je ris, ma guitare
Chante un air moqueur;
Pourtant c’est bizarre,
J’ai froid dans le coeur.
Et je vois la lune,
Dans l’ardente nuit,
Frissonner, comme une
Clarté qui s’enfuit.

Phoebé, la perverse,
Peut-être à son tour
S’alanguit et verse
Des larmes d’amour.
Et son char l’emporte,
Dans la nuit en feu,
Désolée et morte
Au fond du ciel bleu.

Octobre 1876.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto