Poème 'La Malédiction' de Paul ÉLUARD dans 'Mourir de ne pas mourir'

La Malédiction

Paul ÉLUARD
Recueil : "Mourir de ne pas mourir"

Un aigle, sur un rocher, contemple l’horizon béat. Un aigle défend le mouvement des sphères. Couleurs douces de la charité, tristesse, lueurs sur les arbres décharnés, lyre en étoile d’araignée, les hommes qui sous tous les cieux se ressemblent sont aussi bêtes sur la terre qu’au ciel. Et celui qui traîne un couteau dans les herbes hautes, dans les herbes de mes yeux, de mes cheveux et de mes rêves, celui qui porte dans ses bras tous les signes de l’ombre, est tombé, tacheté d’azur, sur les fleurs à quatre couleurs.

Poème préféré des membres

Nanouchkafab44 et Nanouchkafab44 ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Enfant d’aigle et de phénix
    -----------------------------

    Aigle et phénix au ciel sont comme des égaux,
    L’un pour l’autre chantant d’une voix tendre et grave ;
    Quant à l’aigle-phénix, c’est un oiseau fort brave,
    Puis il est très malin, ce n’est pas un nigaud.

    Il dit des oraisons, mais il n’est point bigot,
    Il a des provisions, des tonneaux dans sa cave ;
    Mais il ne mange pas comme un canard qu’on gave,
    Il coupe proprement des tranches de gigot.

    Son vol est élégant, sauf quand il a trop bu,
    Mais il est rarement tombé dans cet abus,
    C’est un aigle-phénix, ce n’est pas une andouille.

    D’une tendre vestale il fut jadis épris,
    Dont, pour son grand malheur, il ne fut pas compris,
    Et qui, bien durement, le traita de gargouille.

  2. Aigle de Talence
    ----------------

    C’est l’aigle, un noble caractère,
    Et j’aime l’entendre se taire ;
    Il n’est pas d’oiseau plus charmant,
    C’est ce que je pense, vraiment.

    Il peut planer loin de la terre,
    Il peut capturer des panthères ;
    Il est un remarquable amant,
    Il se tait, jamais il ne ment.

    Nul ne peut savoir ce qu’il pense,
    Cet aigle, seigneur de Talence ;
    C’est ce dont il n’a nul souci.

    Très doux, jamais il ne se moque
    Des grands oiseaux de son époque,
    Lesquels le respectent aussi.

Rédiger un commentaire

Paul ÉLUARD

Portait de Paul ÉLUARD

Paul Éluard, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel (14 décembre 1895 à Saint-Denis – 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont ), est un poète français. C’est à l’âge de vingt et un ans qu’il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et est l’un des... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS