Poème 'La momie' de guillaumePrevel

La momie

guillaumePrevel

Délicate, parfaite insomnie
Sur les rives froides d’une agonie
Quand l’éternité semble figée
Comme des séracs sculptés

Quand en longueur le temps
Curieusement s’étend
Et qu’il reste suspendu fixement
Délicate, parfaite insomnie…

Sur un corps embaumé depuis des millénaires
Et reste le prisonnier volontaire
D’une momie au sourire inquiétant
Quand la vie surprend la mort étrangement
Délicate, parfaite insomnie…


20 juillet 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS