Poème 'La musique' de Charles BAUDELAIRE dans 'Les Fleurs du Mal'

La musique

Charles BAUDELAIRE
Recueil : "Les Fleurs du Mal"

La musique souvent me prend comme une mer !
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile ;

La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile,
J’escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile ;

Je sens vibrer en moi toutes les passions
D’un vaisseau qui souffre ;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions

Sur l’immense gouffre
Me bercent. D’autres fois, calme plat, grand miroir
De mon désespoir !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Bicoq de sable
    --------------

    Le coq à double face a rêvé de la mer
    Et des pâles étoiles,
    Des nuages de feu qui planent dans l’éther
    Et des anges sans voiles.

    Un chant surgit alors de son torse gonflé
    Comme une cornemuse,
    Il déclame des mots que n’a jamais soufflés
    Aucune voix de muse.

    Une poule attentive, au lieu de se cacher,
    Entend cette romance ,
    Le coq, par sa présence, est quelque peu touché,
    Alors, il recommence.

Rédiger un commentaire

Charles BAUDELAIRE

Portait de Charles BAUDELAIRE

Charles Pierre Baudelaire est un poète français, né à Paris le 9 avril 1821 et mort le 31 août 1867 à Paris. Il est l’un des poètes les plus célèbres du XIXe siècle : en incluant la modernité comme motif poétique, il a rompu avec l’esthétique classique ; il est aussi celui qui a popularisé le poème en... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto