Poème 'La petite mariée' de guillaumePrevel

La petite mariée

guillaumePrevel

Le souffle court de sa poitrine,
Soulève doucement le fin voile de dentelle,
De sa robe blanche, immaculée et éternelle,
Sans que ne palpitent ses narines.

La jeune mariée est en ce jour la reine,
Sur qui les regards bienveillants,
Se posent en bénédiction en ce jour triomphant,
Tant la jeunesse de la petite poupée de porcelaine,

Frappe les convives présents à ces noces,
Et tous pleurent sincèrement le départ du carrosse,
Qui sonne comme un adieu aux souvenirs communs.

La petite épouse heureuse et émue jusqu’aux larmes,
Cache ses angoisses à sa famille d’un élan plein de charme,
Et file vers sa nouvelle vie après un dernier regard vers sa mère.

15 Mars 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. C'est joli et touchant.
    Une page se tourne, une autre à écrire
    Merci pour ce partage.

  2. merci de ce commentaire AmiePlume

    amitiés poétiques

  3. au plaisir de vous lire...

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS