Poème 'La prière d’un païen' de Charles BAUDELAIRE dans 'Les Fleurs du Mal'

La prière d’un païen

Charles BAUDELAIRE
Recueil : "Les Fleurs du Mal"

Ah ! ne ralentis pas tes flammes ;
Réchauffe mon coeur engourdi,
Volupté, torture des âmes !
Diva ! supplicem exaudi !

Déesse dans l’air répandue,
Flamme dans notre souterrain !
Exauce une âme morfondue,
Qui te consacre un chant d’airain.

Volupté, sois toujours ma reine !
Prends le masque d’une sirène
Faite de chair et de velours,

Ou verse-moi tes sommeils lourds
Dans le vin informe et mystique,
Volupté, fantôme élastique !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. L’oiseau de septembre
    ----------------------------

    Voici le bel oiseau de flammes
    Dont le coeur n’est pas engourdi ;
    La lumière envahit son âme,
    Il entrevoit le paradis.

    Il sait rimer des épigrammes
    Et des sonnets, on me l’a dit ;
    Il l’a fait pour deux ou trois dames,
    Ce beau travail fut applaudi.

    Il voudrait rencontrer la reine,
    Entendre sa voix de sirène,
    Toucher sa robe de velours ;

    Mais cette reine, un peu mystique,
    A dit, devant ses domestiques :
    « Ce bel oiseau n’est qu’un balourd. »

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS