Poème 'La Propreté belge' de Charles BAUDELAIRE dans 'Amœnitates Belgicæ'

La Propreté belge

Charles BAUDELAIRE
Recueil : "Amœnitates Belgicæ"

« Bains ». — J’entre et demande un bain. Alors le maître
Me regarde avec l’œil d’un bœuf qui vient de paître,
Et me dit : « Ca n’est pas possible, ça, sais-tu,
Monsieur ! » — Et puis, d’un air plus abattu :
« Nous avons au grenier porté nos trois baignoires. »

J’ai lu, je m’en souviens, dans les vieilles histoires,
Que le Romain mettait son vin au grenier ; mais,
Si barbare qu’il fût, ses baignoires, jamais !
Aussi, je m’écriai : « Quelle idée, ô mon Dieu ! »

Mais l’ingénu : « Monsieur, c’est qu’on venait si peu ! »

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Bain de l'ermite.
    ----------------

    Guillaume d'un domaine aux Cévennes fut maître ;
    Il n'y mit nul mouton ni nulle chèvre à paître ;
    Mais sur un long rebord de ce terrain pentu,
    Il s'escrima longtemps, aménageur têtu,
    Pour installer un feu auprès d'une baignoire.

    Sur son prolixe blog, il conte cette histoire ;
    Architecte peut-on le nommer, désormais,
    D'un jardin dont l'esprit revit plus que jamais.

    Grâce à plusieurs photos, je le vois de mes yeux ;
    Notre Guillaume a fait un Eden de ces lieux !

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS