Poème 'L’absence' de guillaumePrevel

L’absence

guillaumePrevel

D’abord, elle se manifeste dans un pétrifiant silence
Lourd, pesant, glacial, oppressant,
Qui chaque instant marque cruellement l’absence
Puis, il y a l’ennui qui se fait plus pressant.
La solitude devient alors une menace,
Pour la vie qui s’écoule plus durement.
Et le vide que laisse l’être aimé que rien ne remplace,
Agrandit l’espace et plus encore le temps.
Et, il y a toujours ce satané silence,
Dans le bruit heureux des autres;
Ces voix qui n’auront jamais l’importance
De celle ou celui qui reste dans nos coeurs l’unique apôtre.

3 octobre 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS