Poème 'L’absence' de guillaumePrevel

L’absence

guillaumePrevel

D’abord c’est un silence très agréable,
qui vient après le tumulte de nos vies
Puis doucement, tout doucement,
le silence répond à l’absence
Comme un lointain écho…

Alors, des ombres immenses s’avancent,
s’allongent et prennent tout l’espace
Pour agrapher la nuit sur les murs,
comme de sombres et inquiétantes mains rapaces.
Puis, la solitude devient l’unique compagnie,
l’unique compagne, l’unique obsession…

Et le silence s’accroît encore et toujours,
afin de régner sur les ruines de mémoire fumantes,
Pour finalement tout recouvrir
et tout étouffer jusqu’au souffle même
De la vie.

27 Novembre 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS