Poème 'Laisser-courre' de Tristan CORBIERE dans 'Les Amours jaunes'

Laisser-courre

Tristan CORBIERE
Recueil : "Les Amours jaunes"

Musique de : Isaac Laquedem.

J’ai laissé la potence
Après tous les pendus,
Andouilles de naissance,
Maigres fruits défendus ;
Les plumes aux canards
Et la queue aux renards…

Au Diable aussi sa queue
Et ses cornes aussi,
Au ciel sa chose bleue
Et la Planète – ici –
Et puis tout : n’importe où
Dans le désert au clou.

J’ai laissé dans l’Espagne
Le reste et mon château ;
Ailleurs, à la campagne,
Ma tête et son chapeau ;
J’ai laissé mes souliers
Sirènes, à vos pieds !

J’ai laissé par les mondes,
Parmi tous les frisons
Des chauves, brunes, blondes
Et rousses… mes toisons.
Mon épée aux vaincus,
Ma maîtresse aux cocus…

Aux portes les portières,
La portière au portier,
Le bouton aux rosières,
Les roses au rosier,
À l’huys les huissiers,
Créance aux créanciers…

Dans mes veines ma veine,
Mon rayon au soleil,
Ma dégaine en sa gaine,
Mon lézard au sommeil ;
J’ai laissé mes amours
Dans les tours, dans les fours…

Et ma cotte de maille
Aux artichauts de fer
Qui sont à la muraille

Des jardins de l’Enfer ;
Après chaque oripeau
J’ai laissé de ma peau.

J’ai laissé toute chose
Me retirer du nez
Des vers, en vers, en prose…
Aux bornes, les bornés ;
À tous les jeux partout,
Des rois et de l’atout.

J’ai laissé la police
Captive en liberté,
J’ai laissé La Palisse
Dire la vérité…
Laissé courre le sort
Et ce qui court encor.

J’ai laissé l’Espérance,
Vieillissant doucement,
Retomber en enfance,
Vierge folle sans dent.
J’ai laissé tous les Dieux,
J’ai laissé pire et mieux.

J’ai laissé bien tranquilles
Ceux qui ne l’étaient pas ;
Aux pattes imbéciles
J’ai laissé tous les plats ;
Aux poètes la foi…
Puis me suis laissé moi.

Sous le temps, sans égides
M’a mal mené fort bien
La vie à grandes guides…
Au bout des guides – rien –
… Laissé, blasé, passé,
Rien ne m’a rien laissé…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Cornes et plumes
    ----------------

    Cornes et plumes dansent,
    Animaux détendus ;
    Gens de bonne naissance,
    Sages, bien entendu.

    La douceur dans les veines,
    Le visage au soleil,
    Entendant la rengaine
    Des oiseaux de l'éveil.

    L'étoile en un ciel vide
    Symbolise le Bien ;
    Sera-t-elle un bon guide ?
    Pour moi, je n'en sais rien.

Rédiger un commentaire

Tristan CORBIERE

Portait de Tristan CORBIERE

Édouard-Joachim Corbière, dit Tristan Corbière, né le 18 juillet 1845 au manoir de Coat-Congar à Morlaix (Finistère) et mort le 1er mars 1875 à Morlaix, est un poète français. Il est né de l’union d’Édouard Corbière et d’Angélique Aspasie Puyo que 33 ans séparent : à sa naissance, son père est âgé de... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto