Poème 'L’arbre lugubre' de guillaumePrevel

L’arbre lugubre

guillaumePrevel

Lorsque brusquement se lève la brume,
On le voit émerger comme un corps décharné l’arbre lugubre,
Sur la colline à la verte parure salubre,
Comme s’il se libérait d’une étreinte glacée qui l’enrhume.

Alors, apparaissent partout des tâches brunes
Sur ses branches faméliques qui s’allongent,
Vers le ciel en prières qui le rongent,
Tant il plie sous le poids des corbeaux des rancunes.

Et il espère toujours la libération de ses hôtes de plumes,
Qui pèsent sur lui comme la masse d’une enclume,
Tant les cris affreux de ces oiseaux le hantent jours et nuits

Depuis qu’en son creux caverneux plein d’amertume
Un sinistre assassin a déposé le pauvre corps
D’un voyageur égaré qui a croisé en chemin le visage de la mort.

28 février 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS