Poème 'Larmes d’automne' de guillaumePrevel

Larmes d’automne

guillaumePrevel

Assis sous la pluie fine d’une larme d’automne,
J’essaie de me rappeler vos paroles essoufflées,
Que mes souvenirs d’enfance chantonnent
Encore sur les restes d’un vieux soleil assassiné.
Trempé par la pluie fine d’une larme d’automne,
Je me suis accroupi dans la brume d’un matin frileux
De mon dernier jour chez les hommes,
En me souvenant de vous qui ne cessiez de répéter
Que la vie est merveilleuse,
Et qui êtes parti mystifié par ses promesses,
Avec un message écrit à l’encre de chrysanthèmes
Par les mains rapaces de Thanatos.
Assis sous la pluie fine d’une larme énorme,
Sortie de ma gourmande innocence,
Je rêve en grelottant dans ma chair vieillie,
Prisonnier de l’hiver d’apocalypse qui approche,
A un vertigineux espoir d’éternité.
Car je ne me sens pas assez de force,
Pour aimer la mort comme j’ai aimé la vie,
Assis sous une pluie fine et glacée,
Je prie pour renaître après la mort,
Comme le phénix magnifique sur les cendres
D’un vieux soleil assassiné,
Sous une pluie fine de larmes d’automne.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS