Poème 'Le cercle vicieux' de dutaillyphilippe

Le cercle vicieux

dutaillyphilippe

Une mante dînant de son chétif amant,
conservant toujours son air atrabilaire,
ripaillait goulûment sans remord infamant .
en dodelinant sa tête triangulaire.

Lors celle-ci, nymphomane et gourmande,
guettait, avec émoi, la capitulation
d’un autre mâle qui ferait sa demande
et servant de dessert à la copulation.

A côté et d’un mouvement pendulaire,
une araignée créait sous les étoiles,
son fil, de son organe glandulaire,
tissant, patiemment, les mailles de sa toile.

Satisfaite de son ouvrage intime,
en espérant le gain de sa ténacité,
elle attendit sa future victime
prochaine martyre de sa férocité.

Dans la rosée, elle vit la mante à l’eau
qui, rassasiée, faisait une toilette
puis, au sortir du bain, contourner le bouleau
pour, fatalement, tomber dans la voilette.

Un pauvre cafard, doté du même état,
fut également la victime du filet
et sa vie misérable finit en rata
dévoré âprement et dans un prompt délai.

Quand l’araignée, repue, digéra son repas,
ayant reconstruit son piège diabolique,
avec ses huit pattes, elle refit les cent pas.
Pour la morale, elle eut une colique !

Une grenouille vit, de ses yeux mobiles,
les phases du festin sans éprouver d’humeur.
elle hoquetait, faisant des bonds débiles,
comme fit son père un vieux crapaud fumeur.

Or entre deux hoquets, elle goba l’araignée
et reprit le cours de sa vie bondissante
lorsque, sournoisement, sortit d’une saignée
vint un serpent à l’allure repoussante.

Nu comme un ver et rampant, silencieux,
sa langue ressemblant au pic des quenouilles
il se mit à guetter, bâton fallacieux,
puis, rapidement, avala la grenouille.

Il fallut un moment pour bien la digérer,
l’excroissance allant sa lente progression,
quand, volant dans l’espace, il fut repéré
par un oiseau de proie qui tenta l’agression.

C’était un aigle de fort belle allure
qui tua le serpent et le mangea tout cru
puis, de ses ailes à la grande voilure,
retrouva son aire aux branchages écrus.

Mais un chasseur veillait depuis le petit jour
avide de trophées, d’animaux empaillés,
que cet aigle royal, trônant dans son séjour,
ferait l’étonnement d’amis émerveillés.

Alors, viril, l’œil injecté de sang,
d’un bref tremblement, à peine perceptible,
il pointa la mire sur l’oiseau innocent
et, tireur excellent, perfora sa cible.

Mais le cœur faible face à l’excitation
et mangeur, à l’excès, de gras abus divers
l’infarctus redouté le frappa dans l’action
et son corps, sur le sol, reposa tout l’hiver.

Lentement dévoré par la putréfaction,
ne restant plus qu’une dépouille spongieuse,
il attira des mouches qui, sans hésitation,
furent le met d’une mante religieuse.

Ainsi va la vie dans ce cycle éternel
donnant, aux tragédies, quelques airs comiques
mais, ne nous leurrons pas ! un bouton criminel
ôtera, d’un coup, toutes les polémiques.

01 11 1991

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS