Poème 'Le chant du cygne' de guillaumePrevel

Le chant du cygne

guillaumePrevel

Un matin froid très tôt
Je me suis réveillé en sursaut
La lune dans le ciel était encore haute
Et la nuit pour quelques heures était son hôte

Je me suis réveillé en sueur et tout tremblant
Le corps paralysé et l’esprit grelottant
Je n’avais plus de pensées heureuses
Et toute mon espérance avait quitté mon âme silencieuse

Les cauchemars hantaient horriblement mon réveil
Et je restais prisonnier de ce moment funeste
Où ma vie ne ressemblait plus qu’à un éternel sommeil

Depuis lors j’ai compris que la nuit était le signe
Qui annonçait la fin de toute chose
Comme le chant triste du cygne.

08 janvier 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS