Poème 'Le Coteau' de Robert DESNOS dans 'Contrée'

Le Coteau

Robert DESNOS
Recueil : "Contrée"

Derrière ce coteau la vallée est dans l’ombre,
L’odeur du bois qui flambe et de l’herbe parvient
Jusqu’au désert présent, lueurs et rocs sans nombre,
Avec des cris d’enfant et des abois de chien.

Les cris sont déchirants de l’enfant qu’on égorge.
Le chien appelle en vain. Un sort est sur ces lieux.
Rien n’est réel ici que cette odeur de forge
Qui nous berce et nous saoule et nous rougit les yeux.

L’aube peut revenir et le soleil nous prendre.
En vain : les aboiements et les cris perceront
L’épaisseur de la nuit, l’épaisseur de la cendre
Qui remplissent nos cœurs, qui brûlent sous nos fronts.

Poème préféré des membres

Nanouchkafab44 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le barde se tient dans l’ombre ;
    Du village lui parvient
    La rumeur des gens sans nombre,
    Et des grondements de chiens.

    Dans une ferme on égorge
    Un cochon presque un peu vieux ;
    Au loin retentit la forge
    Et la cloche appelle Dieu.

    C'est la vie, il faut la prendre
    Telle que nous la ferons ;
    Puis nous deviendrons des cendres
    Et les gens nous oublieront.

  2. Chiens bipèdes
    --------------------

    Nous aimons marcher à l'ombre,
    Prendre ce qui nous revient,
    Affronter des gueux sans nombre :
    Car c'est nous, les soldats-chiens.

    Nous savons comme on égorge
    Un ours, un renard, un vieux ;
    Pour nous, les armuriers forgent
    Des fusils du feu de Dieu.

    Tant de dépouilles à prendre,
    Nous nous en emparerons ;
    Puis nous fouillerons les cendres
    Pour y trouver quelques ronds.

  3. Ambimétallurgiste
    ----------------------------

    L'ambimétallurgiste, il s'active dans l'ombre,
    Sous un puissant soufflet, le marteau va et vient ;
    Un temps d'apparition pour des objets sans nombre,
    Quand au coin du foyer se chauffe un petit chien.

    Il boit de la bière d'orge,
    Mange du rôti de veau ;
    Mais surtout, il souffle, il forge
    Beaucoup d'instruments nouveaux.

    Quand son art pourra s'apprendre,
    Nous nous en emparerons ;
    Il sera, paix à ses cendres,
    Couché près de son daron.

Rédiger un commentaire

Robert DESNOS

Portait de Robert DESNOS

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie. Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto