Poème 'La Première' de François COPPÉE dans 'Le Cahier rouge'

La Première

François COPPÉE
Recueil : "Le Cahier rouge"

Ce n’est pas qu’elle fût bien belle ;
Mais nous avions tous deux vingt ans,
Et ce jour-là, – je me rappelle, –
Était un matin de printemps.

Ce n’est pas qu’elle eût l’air bien grave ;
Mais je jure ici que jamais
]e n’ai rien osé de plus brave
Que de lui dire que j’aimais.

Ce n’est pas qu’elle eût le cœur tendre ;
Mais c’était si délicieux
De lui parler et de l’entendre
Que les pleurs me venaient aux yeux.

Ce n’est pas qu’elle eût l’âme dure ;
Mais pourtant elle m’a quitté,
Et, depuis, ma tristesse dure,
Et c’est pour une éternité.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS