Poème 'J’ai tant rêvé de toi' de Robert DESNOS dans 'À la mystérieuse'

J’ai tant rêvé de toi

Robert DESNOS
Recueil : "À la mystérieuse"

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant
et de baiser sur cette bouche la naissance
de la voix qui m’est chère ?
J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre
à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante
et me gouverne depuis des jours et des années
je deviendrais une ombre sans doute,
Ô balances sentimentales.
J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute que je m’éveille.
Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie
et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi,
je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que les premières lèvres
et le premier front venu.
J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, couché avec ton fantôme
qu’il ne me reste plus peut-être, et pourtant,
qu’à être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois
que l’ombre qui se promène et se promènera allègrement
sur le cadran solaire de ta vie.

Poème préféré des membres

111112, angi, laperra, Loic, Feline, Oyuna, lepetitpommier, highhopes, archiluth44 et forgetmenot ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Robert Desnos est un de mes poètes préférés.

  2. Est ce que vous pouvez m'éclairer sur le poème s'il vous plait ? quand a-t-il été écrit, etc..

  3. Voir la page Robert_Desnos dans Wikipédia,
    paragraphe 1.3 "Les années d'Amour".

  4. C'est sans doute ce poème qui a inspiré le jeune étudiant tchèque qui prétendît avoir trouve dans la poche de Desnos mourant son dernier poème, traduction maladroite du premier? Pure invention? Ou peut-être réécriture par Desnos ? Nul ne saura jamais sans doute...Longtemps présente comme le dernier poème apocryphe de Desnos, ce texte figurait dans l'Anthologie des poètes de la Résistance de Pierre Seghers, qui le supprima dans une édition ultérieure.

    J'ai tellement rêvé de toi
    J'ai tellement marche, tellement parle
    Tellement aime ton ombre
    Qu'il ne me reste plus rien de toi
    Il me reste d'etre l'ombre parmi les ombres
    D'etre cent fois plus ombre que l'ombre
    D'etre l'ombre qui viendra et reviendra
    Dans ta vie ensoleillée.

  5. Depuis tant d'années je récitais ces vers comme un mantra, et voilà qu'elles trouvent leur sens

  6. Qu'ils trouvent leur sens... (j'en suis troublée)

  7. Longtemps j'étais ignorant,
    Bien longtemps les théories et formules de gestion ont voilé en moi
    L'amour des vers que bien de gens apprécient en Robert
    Ô que j'ai divagué

Rédiger un commentaire

Robert DESNOS

Portait de Robert DESNOS

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie. Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto