Poème 'Le feu qui s’éteint' de guillaumePrevel

Le feu qui s’éteint

guillaumePrevel

L’univers s’est écroulé
L’équilibre est rompu
Le refuge de l’humanité
Penche dangereusement
Il ne reste que la lueur faible
D’un feu qui s’éteint dans les larmes.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS