Poème 'Le noyé' de guillaumePrevel

Le noyé

guillaumePrevel

Il se sera donc finalement misérablement noyé
Dans cette onde mystique qu’il voyait si pure
Tant elle se confondait étrangement à l’éternel azur
A force de s’y être aventuré et d’y avoir trop de force déployée

Il a fini par sombrer au loin dans les eaux sombres comme un déporté
A présent son corps désarticulé se débat dans les rouleaux de l’océan
Et ce triste spectacle à cet effet du repoussant
Quand on voit les vagues jouer avec le pauvre emporté

Le voilà donc mort et noyé! Et maintenant vers la plage il revient,
Doucement déposé et ligoté dans un linceul fait d’un tissu d’algues
Sur ce sable fin et chaud où les esprits souvent divagues

Et les mouches en essaim assoiffées sur sa bouche se sont posées
Et aspirent comme des vampires le sel sur sa peau exposée
Tandis que sa dépouille sera livrée aux charognards de la nuit.

15 Août 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS