Poème 'Le paradis' de guillaumePrevel

Le paradis

guillaumePrevel

Assis sur le bord de son lit,
Les yeux rêveurs plongés dans un livre de contes,
Les anges murmurent et se racontent,
Les histoires que son regard suit.
Silencieux, ils écoutent,
Et lèvent le voile sur ses doutes,
Sur les vérités du Paradis.

Ils lui disent que seuls les enfants
Obéissants connaissent les rivages,
Où vivent les oiseaux sauvages,
Et que s’il reste bien sage,
Il aura lui aussi des ailes d’argent.

C’est alors que tranquille et rassuré, il s’allonge,
Sous la caresse de leurs plumes bénies,
Et qu’après quelques secondes il est endormi,
S’abandonnant aux merveilles du monde des songes.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS