Poème 'Le passé' de marisolle

Le passé

marisolle

Vous ne parlez pas encore de moi
au passé.
Passé décomposé ou composé,
qu’importe.
Ce passé que tu as décomposé,
disséqué, trituré, démembré,
et qui à présent, car tu l’as
également briqué, astiqué, ciré,
se déroule tel une nappe
blanche et sans tâche,
se pavane devant tous,
et fait la nique aux malfaisants,
chante le matin l’aurore
et le soir donne sérénade,
ce passé, disais-je,
personne ne pourrait dire
quel magicien tu fus,
de lui rendre ainsi
son lustre et son éclat
pour que je puisse enfin
le promener, tel un enfant
que toutes les mères admirent,
ou tel un chevalier
que tous les mâles jalousent.
Ce passé qui m’encombrait,
tu l’as rendu si léger,
que parfois, je me retourne
pour voir s’il me suit
ou s’il s’est envolé.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS