Poème 'L’enfant glace' de guillaumePrevel

L’enfant glace

guillaumePrevel

Ce n’était peut-être qu’un rêve délirant
Que je fis cette nuit de grande neige blanche
Alors que le pays fut recouvert comme sous une avalanche
Et où je vis le nez collé à la vitre gelée un étrange enfant

Fait tout de glace et de givre
Qui semblait ne pas souffrir du grand froid
Qui régnait au dehors sous le vent de l’effroi.
Son regard était triste et trahissait la dureté de survivre.

Il ne me regardait pas préférant de loin les orbes d’or,
Qui flottaient au dessus du feu et dansaient dans la prunelle
Noire de ses yeux pâles qui semblaient morts,

Refusant sans cesse les invitations de mon logis,
Attendant que la fatigue ne m’ait assommée totalement,
Pour entrer et mourir finalement près du feu de ses envies.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS