Poème 'Les Deux Tout' de Paul ÉLUARD dans 'Les Malheurs des immortels'

Les Deux Tout

Paul ÉLUARD
Recueil : "Les Malheurs des immortels"

Par un froid de papier, les écoliers du vide rougissent à travers les vitres. Un grand rideau sur la façade se gonfle de petits monstres.

L’ébéniste est représenté jusqu’aux genoux. Enfermé dans son prototype jusqu’en été, il fait tomber tout doucement son fils dormeur aux yeux galonnés d’or. Si l’on impose sur ses épaules la détestable armée des quilles mortes, les poissons s’en vont pour accrocher leurs barbes mouillées au plafond de la mer.

La lenteur de ses gestes lui donne toutes les illusions. Dépouillé de ses habits de verre bleu et de ses moustaches incassables, un demi-scrupule l’empêche de dormir sous la neige qui commence à tomber.

Son amour vu d’en bas avec l’idéal de la perspective, il part demain.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Paul ÉLUARD

Portait de Paul ÉLUARD

Paul Éluard, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel (14 décembre 1895 à Saint-Denis – 18 novembre 1952 à Charenton-le-Pont ), est un poète français. C’est à l’âge de vingt et un ans qu’il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère, Félicie. Il adhère au dadaïsme et est l’un des... [Lire la suite]

© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto