Poème 'Les Foules' de Charles BAUDELAIRE dans 'Le Spleen de Paris'

Les Foules

Charles BAUDELAIRE
Recueil : "Le Spleen de Paris"

Il n’est pas donné à chacun de prendre un bain de multitude : jouir de la foule est un art ; et celui-là seul peut faire, aux dépens du genre humain, une ribote de vitalité, à qui une fée a insufflé dans son berceau le goût du travestissement et du masque, la haine du domicile et la passion du voyage.

Multitude, solitude : termes égaux et convertibles pour le poëte actif et fécond. Qui ne sait pas peupler sa solitude, ne sait pas non plus être seul dans une foule affairée.

Le poëte jouit de cet incomparable privilége, qu’il peut à sa guise être lui-même et autrui. Comme ces âmes errantes qui cherchent un corps, il entre, quand il veut, dans le personnage de chacun. Pour lui seul, tout est vacant ; et si de certaines places paraissent lui êtres fermées, c’est qu’à ses yeux elles ne valent pas la peine d’être visitées.

Le promeneur solitaire et pensif tire une singulière ivresse de cette universelle communion. Celui-là qui épouse facilement la foule connaît des jouissances fiévreuses, dont seront éternellement privés l’égoïste, fermé comme un coffre, et le paresseux, interné comme un mollusque. Il adopte comme siennes toutes les professions, toutes les joies et toutes les misères que la circonstance lui présente.

Ce que les hommes nomment amour est bien petit, bien restreint et bien faible, comparé à cette ineffable orgie, à cette sainte prostitution de l’âme qui se donne tout entière, poésie et charité, à l’imprévu qui se montre, à l’inconnu qui passe.

Il est bon d’apprendre quelquefois aux heureux de ce monde, ne fût-ce que pour humilier un instant leur sot orgueil, qu’il est des bonheurs supérieurs au leur, plus vastes et plus raffinés. Les fondateurs de colonies, les pasteurs de peuples, les prêtres missionnaires exilés au bout du monde, connaissent sans doute quelque chose de ces mystérieuses ivresses ; et, au sein de la vaste famille que leur génie s’est faite, ils doivent rire quelquefois de ceux qui les plaignent pour leur fortune si agitée et pour leur vie si chaste.

Poème préféré des membres

ATOS a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Je baigne dans la foule au bourg de Noirciprose.
    Le ciel de tableau fut très grand, calme et si gris,
    Et jeune et nu et fort et même un peu pourri,
    Avec de beaux jardins, les foules s'y reposent.

    Car ce ciel de tableau est de peine et de joie,
    Sous lequel je m'en vais, sans rien voir, sans désir,
    Dans le couchant grenat et l'aube de zéphyr,
    Faisant des cauchemars dans lesquels je me noie.

    Au petit restaurant près de la cathédrale,
    Plus d'un convive arbore un air de fin gourmet.
    Et si torché soit-il, il ne sombre jamais,
    Tirant à lui le ciel de tableau vers les dalles.

    Envahi par la foule ignoble des buveurs,
    Cet édifice est fort de mille turpitudes.
    Et le ciel de tableau a la bonne habitude
    De couvrir constamment nos airs un peu rêveurs.

    Et Margoton qui nous verse à boire en riant
    Vient pour un bref instant s'asseoir sur nos genoux,
    Pour un chaud plaisir à la mode de chez nous.
    Cela, on n'en meurt pas, ou l'on meurt en priant.

    Sans un peu de travail, il n'est pas de plaisir.
    C'est ce qu'un fabuliste avait dit aux primates,
    Chacun doit s'appliquer, même celui qui mate,
    Toute affaire n'est pas toujours bonne à saisir.

    Sous le ciel de tableau ne sont que sombres astres,
    Et l'herbe pousse noire au bord des sombres champs.
    Mais de ce vieux poète est plus sombre le chant
    Quand il va promenant sa mine de jobastre.

    Quand le poète est mis en terre à Noirciprose.
    Le ciel de tableau reste assez grand, calme et gris,
    Et jeune et nu et fort et même un peu pourri,
    Le vieux barde l'aima, son cadavre y repose.

Rédiger un commentaire

Charles BAUDELAIRE

Portait de Charles BAUDELAIRE

Charles Pierre Baudelaire est un poète français, né à Paris le 9 avril 1821 et mort le 31 août 1867 à Paris. Il est l’un des poètes les plus célèbres du XIXe siècle : en incluant la modernité comme motif poétique, il a rompu avec l’esthétique classique ; il est aussi celui qui a popularisé le poème en... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto