Poème 'Les grands ifs' de guillaumePrevel

Les grands ifs

guillaumePrevel

La pluie en gouttes amères et fines
Tombe en sanglots sur mon visage,
Qui ce soir étranger me semble sans âge
Face à la menace ultime de la ruine.

La pluie horrible et froide pique au vif
Mes joues glacées, brûlantes et rougies,
Qui espèrent plus la chaleur des bougies
Que le hurlement sauvage des grands ifs!

La pluie maudite qui baigne de larmes le cercueil
Comme une sombre pleureuse, fait des entailles profondes
Sur mon visage funéraire, urne de ce monde

Qui cette nuit affreuse, semble immortel et sans âge
Et porte en lui la terreur sourde des deuils
Et la tristesse humaine qui en moi se recueille.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Vous écrivez de beaux poèmes expressifs. Celui là exprime bien les tourments du deuil.

  2. Je vous remercie françoise, cela me touche!

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS