Poème 'Les jours' de marisolle

Les jours

marisolle

Les jours, comme des ombres

passent et meurent,

les gris plus éphémères

que les bleus.

Les noirs s’incrustent

dans nos mémoires,

les roses se font rares.

Les rouges couleur sang

imprègnent notre histoire

et font dans l’aube naissante

prélude à un jour de chagrin.

les verts sont absents,

on n’en sait rien,

mais les blancs sont fenêtres

sans rideau, sans volets,

et s’ouvrent toujours

sur le passé qui renaît

sans qu’on lui ait

rien demandé.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS