Poème 'Les vagues scélérates' de guillaumePrevel

Les vagues scélérates

guillaumePrevel

Balloté par les vagues scélérates
J’ai l’âme blessée d’un navire
Dont l’existence et la proue éclatent,
Au son lourd d’un cœur massacré qui chavire.

Sur le rivage lointain, la faible lumière,
D’un phare à la chétive douceur salutaire,
Me rappelle les mirages de l’amour,
Que je prenais à tort pour acquis toujours.

Ô Dieu du ciel faites que cesse la tempête
Dans mon cœur, et ces jours de peine,
Faites aussi taire ces sombres trompettes,
De la mort où les tourments m’entrainent.

Le silence m’accable et m’embrase,
Et j’en oublierai presque cette vie,
Et j’en oublierai presque cette nuit ennemie,
Et cet abîme effrayant qui m’écrase.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS