Poème 'L’horloge' de guillaumePrevel

L’horloge

guillaumePrevel

Cette main que tu chercheras dans la brume du temps
Jamais plus tu ne l’as trouveras
Alors mon fantôme te dira: « trop tard c’était ta vie d’avant! »
Et tu trembleras à ces mots en entendant sonner le glas

Dans l’horloge qui doit être centenaire à présent
Et qui compte mécaniquement les heures
Cachée dans l’ombre face aux visages grimaçants
Des portraits anciens qui souffrent de douleurs

A chacun de tes pas, la solitude résonnera
Désormais tu seras seule
Et mon souvenir doucement s’estompera

Avec les secondes et les jours
Et alors peut-être regretteras-tu
Tous ces jours vécus sans amour.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS