Poème 'Longtemps, ils furent deux' de marisolle

Accueil > Les membres > Page de poésie de marisolle > Longtemps, ils furent deux

Longtemps, ils furent deux

marisolle

Longtemps, ils furent deux.

A présent, ombres de brouillard,

ils disparaissent dans la nuit.

Deux fantômes voués à l’oubli,

ils ne furent qu’un, illusion infinie.

Le reflet de l’un fut le reflet de l’autre.

Mais à présent, la fin se profile

sans bruit, sans fureur,

ils s’éloignent lentement,

et leurs pleurs s’entendent au loin.

Ils vont se quitter, mourir peut-être

ou renaître, sous une autre forme,

ailleurs, dans un autre univers,

sans mémoire, sans peur,

libres et légers comme l’air,

pour se connaître,et commencer

peut-être une autre vie.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS