Poème 'Lunes en détresse' de Jules LAFORGUE dans 'L'Imitation de Notre-Dame la Lune'

Lunes en détresse

Jules LAFORGUE
Recueil : "L'Imitation de Notre-Dame la Lune"

Vous voyez, la Lune chevauche
Les nuages noirs à tous crins,
Cependant que le vent embouche
Ses trente-six mille buccins !

Adieu, petits cœurs benjamins
Choyés comme Jésus en crèche,
Qui vous vantiez d’être orphelins
Pour avoir toute la brioche !

Partez dans le vent qui se fâche,
Sous la Lune sans lendemains,
Cherchez la pâtée et la niche
Et les douceurs d’un traversin.

Et vous, nuages à tous crins,
Rentrez ces profils de reproche,
C’est les trente-six mille buccins
Du vent qui m’ont rendu tout lâche.

D’autant que je ne suis pas riche,
Et que Ses yeux dans leurs écrins
Ont déjà fait de fortes brèches
Dans mon patrimoine enfantin.

Partez, partez, jusqu’au matin !
Ou, si ma misère vous touche,
Eh bien, cachez aux traversins
Vos têtes, naïves autruches,

Éternelles, chères embûches
Où la Chimère encor trébuche !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Lorsque dans mon parc je chevauche
    Une jument au noble crin,
    Le plus vieux jardinier embouche
    Son cor pour m’ouvrir le chemin.

    Puis ceux qui sont ses benjamins,
    À son signal, posent leur bêche
    Afin de fleurir le terrain ;
    Et je leur lance des brioches.

    Ils ne disent rien qui me fâche
    (Ils ont trop soin du lendemain) ;
    Nulle idée hostile ne niche
    La nuit, dessus leur traversin.

    Je me crois aimé, plus que craint,
    Je ne leur fais aucun reproche ;
    Ce ne sont pas des petits saints,
    Mais ils ne sont ni vils ni lâches.

    Ils me respectent. Je suis riche.
    Mon épouse a de beaux écrins
    En tourmaline, en os de seiche,
    Pour ses pendentifs diamantins.

    Quand je chevauche le matin,
    Est-ce mon maintien qui les touche,
    Ou sont-ce les pains aux raisins,
    Ou les pourboires qu’ils empochent,

    Ou les poèmes que j’affiche
    Au long des murs de leur cantoche ?

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto