Poème 'Ma perle perdue' de merhouar

Ma perle perdue

merhouar

Allez mes sens chercher là dans les airs lointains
Son divin parfum que m’a privé le destin !
Allez-y m’apporter une lueur de son front,
Mes jours noirs de chagrin, de spleen, c’est sûr luiront!
Allez-y m’apporter de ses joues un rayon
Me réchauffant la vie où souffle en tourbillon
Un grand deuil monotone givrant, dans ma cervelle
Le songe où je me vois ange veillant sur elle!
Son sourire m’était une source de vivre,
Vole mon âme pour te nicher sur ses lèvres
Puisque hélas déjà moi, je suis sans un vrai être
Tel un vide occupant la coquille d’une huître.
Me voilà privé de vie et pourtant mon cœur
Quand il bat prie qu’elle soit comblée de bonheur !
Va mon cœur lui compter mes maux, car sans écho
Sont mes cris, mes appels sont vains, en sanglots,
Va lui dire ainsi comme je voudrais lui pleurer :
«Maudits soient cet océan, ses vagues, ses marées !
Ceux-là qui nous dépassent, ô ma perle perdue !
Mon unique trésor ! Ô ma paix suspendue !»
Va lui dire ainsi comme je voudrais lui crier :
« Ô présente dans mes yeux tu n’y cesses de briller !
Moi qui ai vu l’extase en voguant dans tes yeux,
Me voilà bien loin d’eux mon sort est donc piteux !
Ô présente dans mes yeux! Tu n’as jamais cessé
D’enchanter mon ouïe et de le caresser
De ta belle voix tel qu’une brise à un brin,
Ta voix qui fait bien fondre même les corps d’airain.
Et si je ne peux pas danser à tes murmures
C’est que voir donc danser ta belle chevelure
Me fascine et m’éblouit, les membres eux aussi
Sont épris : t’adorer est bien leur seul souci.»

27/04/2007

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS