Poème 'Submersion' de merhouar

Submersion

merhouar

Le feu follet
Que cachent tes yeux,
À travers ce visage
Doux et gracieux,
Est une mer similaire
À ce froid douloureux
Qui apprivoise
Mon entourage.
L’éviter n’est pas
Mon propre souci.
Chaque travée
Entre nous,
Quand- elle va diminuer,
Rendra de plus en plus
Mon âme nue,
De la tienne
Encore étincelante
Comme une tâche
Scintillante
Du ciel oublié
Dans le pinceau
D’un peintre rêveur.
Et seul l’amour habillé
De ma soif
Et de ton vif
Qui va rendre
Inimaginable
Ma vie hors
Des jours et nuits,
Hors du temps
Et de l’espace.
Tout va changer,
Même mes sens,
Tous les sens.
Et je le déclare :
Voici que je me noie
Dans le désir ambitieux
De me brûler
Dans les flammes
De tes yeux !

Fès, le : 23/10/2015

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS