Poème 'Maniaque' de Jules LAFORGUE dans 'Des Fleurs de bonne volonté'

Maniaque

Jules LAFORGUE
Recueil : "Des Fleurs de bonne volonté"

Eh oui que l’on en sait de simples,
Aux matins des villégiatures,
Foulant les prés ! et dont la guimpe
A bien quelque âme pour doublure….

Mais, chair de pêche, âme en rougeurs !
Chair de victime aux Pubertés,
Ames prêtes, d’un voyageur
Qui passe, prêtes à dater !

Et Protées valseurs sans vergogne !
Changeant de nom, de rôle (d’âme !)
Soeurs, mères, veuves, Antigones,
Amantes ! mais jamais ma Femme.

Des pudeurs devant l’Homme ?… – et si
J’appelle, moi, ces falbalas,
La peur d’examens sans merci ?
Et si je ne sors pas de là !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto