Poème 'Marie, baisez-moi ; non, ne me baisez pas' de Pierre de RONSARD dans 'Second livre des Amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pierre de RONSARD > Marie, baisez-moi ; non, ne me baisez pas

Marie, baisez-moi ; non, ne me baisez pas

Pierre de RONSARD
Recueil : "Second livre des Amours"

Marie, baisez-moi ; non, ne me baisez pas,
Mais tirez-moi le coeur de votre douce haleine ;
Non, ne le tirez pas, mais hors de chaque veine
Sucez-moi toute l’âme éparse entre vos bras ;

Non, ne la sucez pas ; car après le trépas
Que serais-je sinon une semblance vaine,
Sans corps, dessus la rive, où l’amour ne démène
(Pardonne-moi, Pluton) qu’en feintes ses ébats ?

Pendant que nous vivons, entr’aimons-nous, Marie,
Amour ne règne pas sur la troupe blêmie
Des morts, qui sont sillés d’un long somme de fer.

C’est abus que Pluton ait aimé Proserpine ;
Si doux soin n’entre point en si dure poitrine :
Amour règne en la terre et non point en enfer.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Champion d’indifférence
    ----------

    Tu te moques de lui mais il ne s’en plaint pas,
    D’impassibilité sa robuste âme est pleine ;
    Jamais il ne pleura comme une Madeleine,
    Jamais de sentiments ne se préoccupa.

    Il voit sereinement l’horizon du trépas,
    Il ne se flatte point d’une espérance vaine ;
    Il sourit aux assauts de la noire déveine,
    Même ayant peu de vin quand il prend son repas.

    Il savoure pourtant le charme d’une amie,
    Son silence surtout, quand elle est endormie ;
    Il n’a pas pour visage un dur masque de fer.

    Même, un coeur délicat palpite en sa poitrine,
    Lui dont les sentiments ne sont pas en vitrine ;
    Il vit sur terre, et pas aux cieux ni aux enfers.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS