Poème 'Ode en dialogue des yeux et de son coeur' de Pierre de RONSARD dans 'Les meslanges'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pierre de RONSARD > Ode en dialogue des yeux et de son coeur

Ode en dialogue des yeux et de son coeur

Pierre de RONSARD
Recueil : "Les meslanges"

J’avoi les yeux et le coeur
Malades d’une langueur
L’une à l’autre différente,
Toujours une fievre ardente
Le pauvre coeur me bruloit,
Et toujours l’oeil distiloit
Une pluye caterreuse,
Qui s’écoulant dangereuse
Tout le cerveau m’espuisoit.
Lors mon coeur aus yeus disoit :

LE CŒUR
C’est bien raison que sans cesse
Une pluie vengeresse
Lave le mal qu’avez fait,
Car par vous entra le trait
Qui m’a la fievre causée,
Lors mes yeus plains de rosée,
En distillant mon soucy,
Au coeur respondoient ainsi.

LES YEUX
Mais c’est vous qui fustes cause
Du premier mal, qui nous cause
A vous l’ardente chaleur,
Et à nous l’umide pleur.
Il est bien vray que nous fûmes
Auteurs du mal, qui receûmes
Le trait qui vous a blessé,
Mais il fut si tost passé
Qu’à peine tiré le vîmes
Que ja dans nous le sentîmes :
Vous debviés come plus fort
Contre son premier efort
Faire un peu de resistance,
Mais vous printes acointance
Tout soudain aveques lui,
Pour nous donner tout l’ennuy.
O la belle emprise veine !
Puis que vous soufrez la peine
Aussi bien que nous, d’avoir
Voulu seulz nous decevoir.
Car la chose est raisonnable
» Que le trompeur miserable
» Reçoive le mal sur luy
» Qu’il machinoit contre autruy,
» Et que pour sa fraude il meure.

Ainsi mes yeux à toute heure,
Et mon coeur contre mes yeux,
Quereloient sedicieux
Quand vous, ma douce maistresse,
Ayant soing de ma destresse
Et de mon tourment nouveau,
Me fistes present d’une eau
Qui la lumiere perdue
De mes deus yeux m’a rendue.
Reste plus à secourir
Le coeur qui s’en va mourir,
S’il ne vous plest qu’on luy face
Ainsi qu’aux yeux quelque grace.
Or pour esteindre le chaut
Qui le consomme, il ne faut
Sinon qu’une fois je touche
De la mienne vostre bouche,
Afin que le doux baiser
Aille du tout apaiser
Par le vent de son haleine
La flamme trop inhumaine
Que de ses ailes Amour
M’evente tout à l’entour,
Depuis l’heure que la fleche
De voz yeux lui fist la breche
Si avant, qu’il ne pourroit
En guarir s’il ne mouroit,
Ou si vostre douce haleine
Ne le tiroit hors de peine

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Pierre de RONSARD

Portait de Pierre de RONSARD

Pierre de Ronsard (né en septembre 1524 au manoir de la Possonnière, près du village de Couture-sur-Loir en Vendômois et mort le 28 décembre 1585 au Prieuré de Saint-Cosme en Touraine), est un des poètes français les plus importants du XVIe siècle. « Prince des poètes et poète des princes », Pierre de Ronsard, adepte de... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto