Poème 'Mignonne, allons voir si la rose' de Pierre de RONSARD dans 'Les Odes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pierre de RONSARD > Mignonne, allons voir si la rose

Mignonne, allons voir si la rose

Pierre de RONSARD
Recueil : "Les Odes"

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu’une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

Poème préféré des membres

LOLICID, Lelys, Mana56, TEUW, MALICE, guillaumePrevel et verlaine2017 ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Face à la fuite du temps le Poète invite son amie à "cueillir les roses de la vie" comme il dira dans les "Sonnets pour Hélène", en déclinant à sa manière le thème épicurien du "Carpe diem" d'Horace.

  2. Bonjour,
    A Cassandre :
    Revoir la mise en forme il s'agit d'un sonnet qui se présente ainsi

    Mignonne, allons voir si la rose
    Qui ce matin avoit desclose
    Sa robe de pourpre au Soleil,
    A point perdu ceste vesprée

    Les plis de sa robe pourprée,
    Et son teint au vostre pareil.
    Las ! voyez comme en peu d’espace,
    Mignonne, elle a dessus la place

    Las ! las ses beautez laissé cheoir !
    Ô vrayment marastre Nature,
    Puis qu’une telle fleur ne dure
    Que du matin jusques au soir !

    Donc, si vous me croyez, mignonne,
    Tandis que vostre âge fleuronne
    En sa plus verte nouveauté,

    Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
    Comme à ceste fleur la vieillesse
    Fera ternir vostre beauté.

  3. Un sonnet allongé !

    Dix-huit vers
    au lieu de quatorze ?

    Pourquoi pas...

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS