Poème 'Ny voir flamber au point du jour les roses' de Pierre de RONSARD dans 'Premier livre des Amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pierre de RONSARD > Ny voir flamber au point du jour les roses

Ny voir flamber au point du jour les roses

Pierre de RONSARD
Recueil : "Premier livre des Amours"

Ny voir flamber au point du jour les roses,
Ny liz plantez sus le bord d’un ruisseau,
Ny son de luth, ny ramage d’oyseau,
Ny dedans l’or les gemmes bien encloses,

Ny des Zephirs les gorgettes décloses,
Ny sur la mer le ronfler d’un vaisseau,
Ny bal de Nymphe au gazouillis de l’eau,
Ny voir fleurir au printemps toutes choses,

Ny camp armé de lances herissé,
Ny antre verd de mousse tapissé,
Ny des forests les cymes qui se pressent,

Ny des rochers le silence sacré,
Tant de plaisirs ne me donnent qu’un Pré,
Où sans espoir mes espérances paissent.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un homme universel Pays de Poésie 22-3-14
    -------------------------------

    Ronsard dit le deuil des roses
    Et la fraîcheur des ruisseaux ,
    Le plumage des oiseaux
    Qui en forêt se reposent,

    L’aubépine en mai déclose
    Et les voiles des vaisseaux,
    Les verts habitants de l’eau,
    Sujets aux métamorphoses,

    Les grands buissons hérissés,
    Le sol d’herbe tapissé,
    Les courtisans qui s’empressent,

    L’ermite errant à son gré ;
    Il dit même, en ces verts prés
    L’ennui des vaches qui paissent.

  2. Grande sagesse du crocodile
    -------------------------------------

    Il n’a pas pu manger les flamants roses,
    Ni le taureau qui buvait au ruisseau,
    Ni les castors, ni les petits oiseaux,
    Ce crocodile, ayant sa gueule close ;

    Mais il attend, tranquille, il se repose,
    Sans un regard pour nef ou pour vaisseau,
    Sans écouter le gazouillis de l’eau,
    Ni du têtard voir les métamorphoses.

    Il chasse, calme, et sans se hérisser,
    Au long des bords de sable tapissés,
    Il faut manger, mais pourtant, rien ne presse,

    Enfin, il trouve un gibier à son gré,
    Poisson d’azur aux petits yeux dorés,
    Un de ceux qui d’excréments se repaissent.

Rédiger un commentaire

Pierre de RONSARD

Portait de Pierre de RONSARD

Pierre de Ronsard (né en septembre 1524 au manoir de la Possonnière, près du village de Couture-sur-Loir en Vendômois et mort le 28 décembre 1585 au Prieuré de Saint-Cosme en Touraine), est un des poètes français les plus importants du XVIe siècle. « Prince des poètes et poète des princes », Pierre de Ronsard, adepte de... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto