Poème 'Matin d’octobre' de François COPPÉE dans 'Le Cahier rouge'

Matin d’octobre

François COPPÉE
Recueil : "Le Cahier rouge"

À Alexandre Piédagnel.

C’est l’heure exquise et matinale
Que rougit un soleil soudain.
A travers la brume automnale
Tombent les feuilles du jardin.

Leur chute est lente. On peut les suivre
Du regard en reconnaissant
Le chêne à sa feuille de cuivre,
L’érable à sa feuille de sang.

Les dernières, les plus rouillées,
Tombent des branches dépouillées ;
Mais ce n’est pas l’hiver encor.

Une blonde lumière arrose
La nature, et, dans l’air tout rose,
On croirait qu’il neige de l’or.

Poème préféré des membres

spleennetwork, Oyuna et JuCharline83 ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Merveilleuse célébration...
    *
    Soudain, la chute d'une pomme
    Rappelle au regard de cet homme
    La loi de la gravitation.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS