Poème 'Presque une fable' de François COPPÉE dans 'Le Cahier rouge'

Presque une fable

François COPPÉE
Recueil : "Le Cahier rouge"

Un liseron, madame, aimait une fauvette.
– Vous pardonnerez bien cette idée au poëte
Qu’une plante puisse être éprise d’un’ oiseau. –
Un liseron des bois, éclos près d’un ruisseau,
Au fond du parc, au bout du vieux mur plein de brèches,
Et qui, triste, rampait parmi les feuilles sèches,
Écoutant cette voix d’oiseau dans un tilleul,
Était au désespoir de fleurir pour lui seul.
Il voulut essayer, s’il en avait la force,
D’enlacer ce grand arbre à la rugueuse écorce
Et de grimper là-haut, là-haut, près de ce nid.
Il croyait, l’innocent, que quelque chose unit
Ce qui pousse et fleurit à ce qui vole et chante.
– Moi, son ambition me semble assez touchante,
Madame. Vous savez que les amants sont fous
Et ce qu’ils tenteraient pour être auprès de vous. –
Comme le chasseur grec, pour surprendre Diane,
Suivait le son lointain du cor, l’humble liane,
De ses clochetons bleus semant le chapelet,
Monta donc vers l’oiseau que son chant décelait.
Atteindre la fauvette et la charmer, quel rêve !
Hélas ! c’était trop beau ; car la goutte de sève
Que la terre donnait à ce frêle sarment
S’épuisait. Il montait, toujours plus lentement ;
Chaque matin sa fleur devenait plus débile ;
Puis, bien que liseron, il était malhabile,
Lui, né dans l’herbe courte où vivent les fourmis,
A gravir ces sommets aux écureuils permis.
Là, le vent est trop rude et l’ombre est trop épaisse.
– Mais tous les amoureux sont de la même espèce,
Madame ; – et vers le nid, d’où venait cette voix
Montait, montait toujours le liseron des bois.
Enfin, comme il touchait au but de son voyage,
Il ne put supporter la fraîcheur du feuillage
Et mourut, en donnant, le jour de son trépas,
Une dernière fleur que l’oiseau ne vit pas.
– Comment ? vous soupirez et vous baissez la tête,
Madame… Un liseron adore une fauvette.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. La rose au long du jour contemple l’hirondelle
    Et rêve de voler au soleil de l’été.
    L’oiseau envie la fleur qui au sol peut rester,
    Faisant l’objet des soins d’un jardinier fidèle.

    Chacune croit que l’autre a une vie plus belle
    Et sur son propre sort semble se lamenter,
    La fleur qui ne peut pas du sol se déplanter,
    L’oiseau car il lui faut voler à tire-d’aile.

    Quiconque est solitaire aimerait des étreintes,
    Celui qui vit en couple en subit les contraintes,
    Et chacun d’envier d’un autre humain le sort.

    Mais il vient à la fin le moment où s’apaisent
    Ces désirs obsédants qui sur nos âmes pèsent :
    Aucune fleur fanée n’envie un oiseau mort.

Rédiger un commentaire

François COPPÉE

Portait de François COPPÉE

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français. Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes du monde des humbles. Poète du souvenir d’une première rencontre... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto