Poème 'Les mois – Mars' de François COPPÉE dans 'Les Récits et les Élégies'

Les mois – Mars

François COPPÉE
Recueil : "Les Récits et les Élégies"

Parfois un caprice te prend,
Méchante amie, et tu me boudes,
Et sur le balcon tu t’accoudes
Malgré l’eau qui tombe à torrent.

Mais, vois-tu ! Mars, avec ses grêles
A qui succède un gai soleil,
Chère boudeuse, est tout pareil
A nos fugitives querelles.

Tels ces oiseaux, pauvres petits,
Sous ce fronton, pendant l’averse,
Et telle ta bouche perverse
Où des sourires sont blottis.

Vienne un rayon, et, la première,
Tu tourneras vers moi les yeux,
Et les oiselets tout joyeux
S’envoleront dans la lumière.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Des sentiments bien incertains :
    Un jour c'était comme un poème,
    Puis c'était triste, le jour même,
    Changeant entre soir et matin.

    Des départs, des retours tragiques,
    Des mots qui font que l'air est doux,
    Des pleurs venant on ne sait d'où.
    L'amour n'est pas toujours magique.

    Et puis ils se sont dit des choses
    Qui menaçaient de mettre fin
    Au repas qu'ils prenaient sans faim :
    Tels le petit prince et la rose.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS