Poème 'L’Écho' de François COPPÉE dans 'L'Exilée'

L’Écho

François COPPÉE
Recueil : "L'Exilée"

J’ai crié dans la solitude :
— Mon chagrin sera-t-il moins rude,
Un jour, quand je dirai son nom ?

Et l’écho m’a répondu : — Non.

— Comment vivrai-je, en la détresse
Qui m’enveloppe & qui m’oppresse,
Comme fait au mort son linceul ?

Et l’écho m’a répondu : — Seul !

— Grâce ! le sort est trop sévère !
Mon cœur se révolte ! Que faire
Pour en étouffer les rumeurs ?

Et l’écho m’a répondu : — Meurs !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Répercussion
    -----------------

    Comme j'avais perdu ma route,
    Au grand vent j'ai crié mes doutes :
    Quelqu'un entendra-t-il ma voix ?

    Et l'écho m'a répondu : Vois.

    Or, j'aperçus un cabaret.
    Aux serveuses qui se marraient,
    J'ai dit du bonheur l'évidence,

    Et l'écho m'a répondu : Danse.

    Sans crainte d'être ridicule,
    J'ai crié dans le crépuscule :
    Que puis-je faire près des grands bois ?

    Et l'écho m'a répondu : Bois.

  2. Avant-dernier vers :

    "Que puis-je faire auprès des bois" ?"

  3. Que puis-je faire emprès ces bois ? ?

  4. Merci ! Je prends (en "paysdepoesie").

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS