Poème 'L’Écho' de François COPPÉE dans 'L'Exilée'

L’Écho

François COPPÉE
Recueil : "L'Exilée"

J’ai crié dans la solitude :
— Mon chagrin sera-t-il moins rude,
Un jour, quand je dirai son nom ?

Et l’écho m’a répondu : — Non.

— Comment vivrai-je, en la détresse
Qui m’enveloppe & qui m’oppresse,
Comme fait au mort son linceul ?

Et l’écho m’a répondu : — Seul !

— Grâce ! le sort est trop sévère !
Mon cœur se révolte ! Que faire
Pour en étouffer les rumeurs ?

Et l’écho m’a répondu : — Meurs !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Répercussion
    -----------------

    Comme j'avais perdu ma route,
    Au grand vent j'ai crié mes doutes :
    Quelqu'un entendra-t-il ma voix ?

    Et l'écho m'a répondu : Vois.

    Or, j'aperçus un cabaret.
    Aux serveuses qui se marraient,
    J'ai dit du bonheur l'évidence,

    Et l'écho m'a répondu : Danse.

    Sans crainte d'être ridicule,
    J'ai crié dans le crépuscule :
    Que puis-je faire près des grands bois ?

    Et l'écho m'a répondu : Bois.

  2. Avant-dernier vers :

    "Que puis-je faire auprès des bois" ?"

  3. Que puis-je faire emprès ces bois ? ?

  4. Merci ! Je prends (en "paysdepoesie").

Rédiger un commentaire

François COPPÉE

Portait de François COPPÉE

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français. Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes du monde des humbles. Poète du souvenir d’une première rencontre... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto