Poème 'Les Trois oiseaux' de François COPPÉE dans 'L'Exilée'

Les Trois oiseaux

François COPPÉE
Recueil : "L'Exilée"

J’ai dit au ramier : — Pars & va quand même,
Au delà des champs d’avoine & de foin,
Me chercher la fleur qui fera qu’on m’aime.
Le ramier m’a dit : — C’est trop loin !

Et j’ai dit à l’aigle : — Aide-moi, j’y compte,
Et, si c’est le feu du ciel qu’il me faut,
Pour l’aller ravir prends ton vol & monte.
Et l’aigle m’a dit : — C’est trop haut !

Et j’ai dit enfin au vautour : — Dévore
Ce cœur trop plein d’elle & prends-en ta part.
Laisse ce qui peut être intact encore.
Le vautour m’a dit : — C’est trop tard !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Trois oiseaux de gueules
    ----------------------------

    C'est le premier oiseau de gueules qui fredonne
    Un air du temps passé, pour charmer le renard ;
    -- Oiseau, je ne suis pas un client pour ton art,
    J'aime juste manger les morceaux qu'on me donne.

    C'est le deuxième oiseau de gueules qui proclame
    La beauté du cosmos, pour séduire un goupil ;
    -- Oiseau, je ne veux point de ton discours subtil,
    J'aime mordre dedans ce qu'a rôti la flamme.

    C'est le troisième oiseau de gueules qui prononce
    Ces trois petits quatrains pour plaire à des lecteurs.
    -- Oiseau, j'aime les vers, s'ils proviennent du coeur,
    L'exercice de style est, pour moi, sans réponse.

  2. Trois beaux oiseaux de sinople
    -------------------------------

    L’oiseau des temps anciens se pose sur ma treille ;
    Je ne lui offre pas le vin de mon cellier,
    Mais j’accueille avec joie cet hôte familier :
    Il me vient du passé qui dans mon âme veille.

    L’oiseau de l’avenir, quand surgit une abeille,
    En aucune façon ne la veut houspiller ;
    Elle tourne, paisible, autour de l’espalier,
    Et son bourdonnement est plaisant à l’oreille.

    L’oiseau du temps présent dissimule sa face,
    Mais je me doute bien qu’il me fait la grimace ;
    Puisque j’ai du bon vin, je ne m’en soucie pas.

    Passé, présent, futur, répartis de la sorte,
    Ils ne peuvent jamais revenir sur leurs pas ;
    Et moi, dans mon jardin, je songe aux années mortes.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS